OGM

Limagrain répond aux 6 questions les plus fréquentes sur les OGM

LES OGM

En tant que groupe coopératif agricole international, nous sommes respectueux des lois et règlements des pays dans lesquels nous développons une activité avec des plantes génétiquement modifiées, et visons à assurer notre compétitivité.

Dans ce cadre, partout où la production de plantes génétiquement modifiées est interdite, nous n’en produisons pas. De même, partout où cela est autorisé, nous en produisons et en commercialisons car nous sommes convaincus que les OGM sont une des solutions permettant aux agriculteurs de mieux répondre aux grands enjeux agricoles.

Pour Limagrain, la coexistence de toutes les agricultures, qu’elles soient conventionnelles, génétiquement modifiées ou biologiques, est possible et doit être respectée.

Question 1

A quoi servent les OGM et quels sont leurs avantages ?


Les OGM sont une des solutions permettant aux agriculteurs de produire plus et de produire mieux.


Mais pourquoi chercher à produire plus ?

Pour contribuer à nourrir plus de 8,3 milliards de personnes en 2030 (9,6 milliards en 2050).

Que signifie "produire mieux" ?

C’est économiser les ressources naturelles et réduire le recours aux intrants (engrais, produits de santé des plantes, etc.).

Les bénéfices avérés des OGM :



Plus de rendements des cultures

22%

C’est l’augmentation des rendements au cours des vingt dernières années. Cette croissance est plus importante dans les pays en développement que dans les pays développés.

Plus de revenus pour les agriculteurs

68%

C’est l’augmentation des revenus des agriculteurs au cours des vingt dernières années. La hausse des revenus est particulièrement importante dans les pays en développement. On estime également à 16,5 millions le nombre de petits agriculteurs sortis de la pauvreté entre 1996 et 2013. Avec leur famille, ce chiffre correspond à 65 millions de personnes.

Plus de surfaces économisées

132 millions d’ha*

C’est la surface de terres économisées entre 1996 et 2013. Les cultures OGM permettant un meilleur rendement, elles offrent la possibilité de produire sur moins de surfaces. (*hectares)

Moins de pesticides

37%

C’est la réduction de l’utilisation des pesticides au cours des vingt dernières années. Ce pourcentage correspond à une diminution d’environ 500 000 tonnes de pesticides.

Moins de passages de machines au champ, donc moins d'émissions de gaz à effet de serre

12,4 millions

C’est l’équivalent en nombre de voitures, de la réduction des gaz à effet de serre sur une année en 2013.

Et demain, moins d’eau et d’engrais

Les axes de recherche des OGM portent également sur la réduction d’utilisation d’eau et d’engrais.

* Sources ISAAA 2014 et PLOS 2014
(La Public Library Of Science (PLOS) présente une méta-analyse réalisée par des économistes agricoles de l’Université de Göttingen en Allemagne, examinant les résultats de 147 études de recherche sur les cultures OGM sur les vingt dernières années)

Des agriculteurs convaincus par cette technologie :

18 millions d’agriculteurs (dont 90 % de petits agriculteurs) cultivent en 2014, sur une surface totalisant 181,5 millions d’hectares de variétés OGM de soja, maïs, coton et colza dans 28 pays. Les agriculteurs voient leurs revenus augmenter avec des rendements supérieurs et de moindres coûts de production (travail, énergie, utilisation d’intrants, etc.).

Question 2

Pourquoi les OGM tolérants aux herbicides et résistants aux insectes représentent-ils plus de la moitié des OGM sur le marché ?


Les OGM tolérants aux herbicides et résistants aux insectes présentent de nombreux intérêts :


La tolérance aux herbicides

Les cultures nécessitent d’être désherbées pour avoir des rendements corrects et permettre à la plante de mieux se nourrir. Les agriculteurs disposent de plusieurs techniques et utilisent le plus fréquemment des produits de désherbage chimique pour plus d’efficacité et de rapidité.

Les désherbants chimiques sélectifs sont largement utilisés. Avec les OGM, il est possible d’utiliser un herbicide non sélectif. Dans ce cas, la plante est résistante à cet herbicide et toutes les mauvaises herbes qui poussent autour de la plante sont éliminées.

Une plante OGM tolérante aux herbicides permet :

Une plante en meilleure santé

Moins de passages au champ, moins d’émission de gaz à effet de serre

Un gain de temps et une réduction des coûts

Une lutte plus efficace contre les mauvaises herbes


La résistance aux insectes

Les plantes transgéniques résistantes aux insectes présentent une alternative très efficace à certains traitements insecticides.

Ces plantes sont en effet capables de se défendre seules contre certains ravageurs des cultures en produisant une protéine avec des propriétés insecticides spécifiques.

Cette façon de protéger les cultures est efficace, précise et plus respectueuse de l’environnement car elle ne touche pas les autres insectes.

Une plante OGM tolérante aux insectes permet :

Une plante en meilleure santé

Moins de passages au champ, moins d’émission de gaz à effet de serre

Un gain de temps et une réduction des coûts

Moins d’insecticides chimiques

Une lutte ciblée contre les insectes ravageurs

Exemple : Le maïs résistant à la pyrale

La pyrale est un insecte se logeant dans le maïs et ravageant les cultures. Afin d’empêcher ce phénomène, un maïs OGM a été conçu pour bloquer le développement de la larve de l’insecte… protégeant ainsi la plante.

Question 3

Les insectes développent-ils des résistances aux plantes OGM ?


Les insectes peuvent développer des résistances aux plantes OGM, tout comme aux pesticides. Ce phénomène n'est pas spécifique aux cultures OGM.


Quatre façons de limiter ce problème :



Présence de zones refuges cultivées avec des variétés conventionnelles

Rotation entre les cultures

Respect des réglementations et des recommandations en vigueur dans certains pays

Innovation variétale régulière et développement de nouvelles variétés et de nouveaux OGM résistants aux insectes

Question 4

Les OGM sont-ils sans risque pour la santé et pour l’environnement ?


Jamais aucun produit agricole OGM destiné à l’alimentation n’a fait l’objet de signalement officiel d’effets secondaires sur la santé ou sur l’environnement.


Sur la santé en particulier :

Pas de troubles digestifs particuliers

L’OGM est dégradé pendant la digestion, ni plus ni moins que tout autre aliment.

Pas de risques d'allergies particuliers

L’OGM ne déclenche ni plus ni moins de risque allergique que les autres aliments.

Question 5

Les plantes OGM sont-elles fertiles ?


Toutes les plantes OGM sont aussi fertiles que leurs équivalences conventionnelles.


Production de variétés OGM

Production de variétés conventionnelles

Question 6

Existe-t-il un risque de pollinisation entre un champ de maïs conventionnel et un champ de maïs OGM ?


Oui, qu’il s’agisse d’une variété OGM ou conventionnelle, la pollinisation croisée entre deux champs est possible. C’est la nature !


Les principales solutions pour l’éviter dans le cadre de production de semences ou de cultures :



Des décalages de semis

afin de ne pas avoir de floraison simultanée de deux champs voisins 
(3 semaines de décalage entre les deux floraisons)

Une distance d’isolement

entre champs au-delà de la distance exigée par la réglementation.

Des éventuelles zones de bordure de cultures de maïs dites « tampons »

entourant les champs, destinées à les protéger contre les émissions de pollen d’un autre champ.

Le nettoyage des machines

avant et après toutes les opérations réalisées dans les champs pendant la floraison et la récolte.

L’attention des techniciens de production de semences

aux champs pendant la floraison.

Le contrôle des productions de semences

Validés par le service Assurance Qualité Limagrain, des laboratoires accrédités ISO17025 réalisent la détection de la présence fortuite d’OGM sur les productions de semences.