Régulation des marchés

Limagrain soutient momagri, le mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture

Les dix principes de gouvernance et de régulation de momagri

Considérer l’agriculture et l’alimentation comme des Biens Publics Mondiaux. L’agriculture est stratégique pour l’avenir de l’humanité et l’hyper-volatilité des prix agricoles est une menace pour la sécurité alimentaire et la paix dans le monde.

Définir des prix d’équilibre indicatifs par produit agricole et par grande zone économique homogène car les agriculteurs ont besoin de visibilité pour produire durablement, c’est-à-dire de prix par produit qui correspondent à un niveau de rémunération équitable, et non pas à un dumping généralisé.

Déterminer des plages de variation libres de toute régulation autour de ces prix d’équilibre et un processus de négociation obligatoire au-delà.

Constituer des stocks d’intervention gérés au plan international.

Instituer un système de prélèvement-restitution par zone économique homogène. Les échanges entre zones économiques se feront en appliquant des prélèvements ou restitutions entre zones lorsque les prix de marché se situeront en dehors de la plage de variation libre des prix.

Favoriser l’investissement vers les pays les plus pauvres. Dans les pays pauvres, la référence aux prix d’équilibre et la définition des plages de variation tiendront compte des objectifs de développement pour favoriser les investissements.

Mettre en place des comités de suivi et de coopération par produit regroupant les pays producteurs et un panel de pays consommateurs.

Créer un conseil permanent. Le Conseil de Sécurité Alimentaire Mondial, regroupant une vingtaine d’états représentant les cinq continents, prendra les décisions de régulation. L’application de ces principes conduira à une réduction des subventions à l’exportation et des aides internes beaucoup plus sûrement que des négociations à l’OMC car les risques de dérapage des marchés seront limités.

Utiliser des instruments de pilotage et d’aide à la prise de décision comme le modèle momagri et l’agence de notation.

Engager sur de nouvelles bases des négociations pour réduire les aides et subventions.

L’hyper-volatilité des cours agricoles, une menace pour la sécurité alimentaire mondiale

L’hyper-volatilité des cours agricoles, catastrophique pour les paysans des pays en voie de développement, fragilise dangereusement le potentiel agricole des pays développés et menace la sécurité alimentaire.

Partout dans le monde, les agriculteurs devraient pouvoir accéder aux moyens de production et obtenir des prix justes et rémunérateurs de leur travail. Tous subissent l’extrême volatilité des prix agricoles. 

Les dernières simulations du modèle économique momagri, seul modèle adapté aux spécificités des marchés agricoles, démontrent qu’une libéralisation non régulée du commerce agricole international, au sens envisagé par l’OMC, aurait deux conséquences :

  • l’amplification de la volatilité des cours des matières premières agricoles par une financiarisation de ce secteur. Or, laisser la sécurité alimentaire aux mains d’investisseurs à court terme sur des marchés aussi volatils peut conduire à des situations de crise alimentaire ;
  • la concentration des exploitations dans les régions les plus compétitives du monde comme le Brésil. Or il est illusoire de penser qu’une production suffisante puisse être assurée par une seule région du monde, quelles que soient les innovations envisagées. Tout comme il n’est pas acceptable que la majorité des paysans de la planète soit perdante.

Un modèle d’agriculture trop concentré et trop financiarisé fait peser un risque trop fort sur la sécurité alimentaire mondiale. Nous avons besoin de toutes les agricultures du monde et de tous les espaces fertiles disponibles pour nourrir la planète !

Face à ces immenses défis, momagri met à la disposition des responsables politiques et des organisations internationales un outil d’évaluation des risques, des indicateurs économiques et politiques, et formule des propositions pour une politique agricole et alimentaire internationale.

momagri, un think tank et une plate- forme d’influence

momagri crée un cadre pour mobiliser tous les agriculteurs du monde en leur permettant de vivre de leurs productions au sein de chaque ensemble régional.

Momagri, mouvement pour une organisation mondiale de l'agriculture

Un modèle d’agriculture trop concentré et trop financiarisé fait peser un risque trop fort sur la sécurité alimentaire mondiale. Nous avons besoin de toutes les agricultures du monde et de tous les espaces fertiles disponibles pour nourrir la planète !

Face à ces immenses défis, momagri met à la disposition des responsables politiques et des organisations internationales un outil d’évaluation des risques, des indicateurs économiques et politiques, et formule des propositions pour une politique agricole et alimentaire internationale.

Momagri développe de nouveaux instruments (un modèle économique, une agence de notation et des principes de gouvernance) pour améliorer les prises de décisions internationales et démontrer que l’agriculture doit être la clé de voûte du développement afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, ceux de la Conférence de Rio, et de parvenir à un accord équitable dans le cadre du cycle de Doha à l’OMC.

Un nouveau modèle économique dédié à l’agriculture : le modèle momagri

Le modèle momagri est le seul modèle à avoir prédit un retournement possible des prix agricoles (céréales) dès mars 2008. Il constitue un outil de prospective indispensable pour les décideurs nationaux et internationaux.

Il vise à donner une image plus fidèle de la réalité des marchés agricoles internationaux que la plupart des modèles actuels. Il intègre notamment les risques spécifiques auxquels sont exposés les marchés agricoles (aléas climatiques, épizooties, microstructure des marchés agricoles, financiarisation,etc.), responsables de la volatilité structurelle des prix des matières premières agricoles.