La construction d’un groupe coopératif agricole international

2015

Cap sur 2020

Guidé par une ambition forte et une vision à long terme de son développement, Limagrain entend devenir un acteur international référent en semences et en produits céréaliers, tout en cultivant son socle en Auvergne, là où sont ses racines. Une histoire singulière qui continue à s'écrire autour de ses trois valeurs : progrès, persévérance et coopération.

2008

Accélération de l'internationalisation en grandes cultures

Limagrain a conscience que seuls quelques acteurs présents mondialement pourront réellement exister à terme dans les semences de grandes cultures. Etre un acteur mondial signifie avoir une dimension qui permette d'engager les programmes recherche amont indispensables dans le processus de création variétale. Il n’est plus possible d’ignorer les zones tropicales, que ce soit en termes de marchés, ou de ressources génétiques. Aujourd’hui, avec ses implantations récentes au Brésil, en Inde, en Chine, en Afrique, Limagrain est présent sur plus de 90 % des superficies mondiales.
1995

Acquisition de Jacquet et entrée dans la panification

L'acquisition de Jacquet marque l'entrée de Limagrain dans le monde de la boulangerie. Elle traduit la volonté du Groupe de prolonger sa stratégie de filière, de la semence au pain. Jacquet permet à Limagrain d'assurer des débouchés aux productions de ses adhérents grâce à des filières de valorisation. En retour, Jacquet tire une force et fait connaître ses farines sélectionnées qui répondent à des besoins spécifiques. En 2011, Brossard viendra consolider Jacquet en lui apportant les produits et les compétences du leader français de la pâtisserie. Jacquet Brossard est aujourd'hui le 1er boulanger-pâtissier industriel français.

1990

Acquisition de Nickerson

Le blé est la première culture en Europe. Leader européen des semences, Limagrain entend aussi exister dans les semences de céréales à paille. En 1990, Limagrain choisit de racheter Nickerson, seul acteur présent en Europe de l’Ouest. Nickerson sera le point d'appui de la stratégie filière blé en Limagne. D’autres acquisitions viennent ensuite consolider l'activité blé de Limagrain. En 2010, Limagrain Cereal Seeds est créé aux Etats-Unis pour étendre le développement du blé à l'échelle internationale. Limagrain est aujourd'hui 1er européen en semences de blé et ambitionne de devenir un acteur mondial sur cette espèce.
1986

Création de Biosem, premier laboratoire de biotechnologies végétales à Clermont-Ferrand

Dès 1983, le Groupe perçoit l’émergence des biotechnologies et décide de créer un laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire dédié à l'amélioration des plantes. Biosem est inauguré en 1986. Limagrain est alors le seul groupe semencier européen à disposer d'une telle structure de recherche. Convaincu que les investissements en biotechnologies ne sont pas à la portée d'un acteur isolé, Limagrain crée Biogemma en 1997, en partenariat avec d'autres semenciers français, puis Genective, en 2011, en partenariat avec le semencier allemand KWS. En 2012, Limagrain installe à Chappes, au coeur de la Limagne, le plus grand centre de recherche européen dédié aux semences de grandes cultures.

1983

Création d’une maïserie à Ennezat, première pierre de la politique de filières

En 1983, Limagrain crée une maïserie à Ennezat pour valoriser la production de maïs grain des adhérents de la Coopérative. C’est la première pierre de la politique de filières : créer de la valeur, en transformant sur place. Puis vient la création du laboratoire Ulice, en 1992, avec la mission d'installer un concept novateur : de la semence à l'ingrédient. Cette stratégie débouche sur des produits innovants, comme les farines fonctionnelles ou des variétés réservées comme les maïs semouliers Europlata pour le marché des céréales petit déjeuner. En 2002, Limagrain décide de rassembler toutes ses activités ingrédients au sein de la société Limagrain Céréales Ingrédients. Les productions en filières tracées sont confiées à la Coopérative. LCI est aujourd'hui leader européen en farines fonctionnelles.
1979

Création de la première station de recherche maïs en Amérique du Nord

Leader européen en maïs, Limagrain veut s'implanter aux Etats-Unis pour pérenniser son activité et avoir accès à la génétique américaine du maïs. Décision est prise d'ouvrir une première station de recherche à Kirkland, dans l'Illinois. Assez rapidement, d'autres créations de stations suivront. Au début des années 90, le dispositif couvre le cœur du Corn Belt et du Canada. Il est ensuite complété par l'acquisition de plusieurs sociétés semencières américaines dans l'Illinois, l'Indiana et l'Ontario. Acteurs jusque là modestes, Limagrain et le semencier allemand KWS, vont joindre leurs efforts en 2000 pour créer AgReliant, JV 50/50 qui rassemble les activités de maïs et de soja en Amérique du Nord. AgReliant est aujourd'hui n° 3 américain des semences de maïs.

1975

Acquisition de Vilmorin et entrée dans le monde des potagères

Conscient que l'aventure du LG11 n'allait pas durer éternellement, le Conseil d'Administration, cherche des voies de diversification complémentaires au maïs. L’acquisition de Vilmorin en 1975 est le début de l’aventure en potagères. Là encore un pari audacieux, sur une entreprise prestigieuse mais en difficulté. Très vite, les Dirigeants comprennent que le marché des potagères est un marché mondial, très segmenté. L’internationalisation se fait par étapes et se structure autour de Business Units en proximité avec leurs marchés. Limagrain devient la seule entreprise de semences potagères qui soit directement et significativement présente dans les cinq pays d’excellence : France, Etats Unis, Pays-Bas, Japon, Israël. Un développement qui fait de Limagrain aujourd'hui le numéro 2 mondial des semences potagères professionnelles et le 1er acteur européen sur le marché des semences grand public.
1965

La Coopérative prend le nom de Limagrain et investit dans la recherche

C'est en 1965 que commence l’histoire de Limagrain. Attentive au développement des hybrides aux Etats-Unis, une équipe de jeunes administrateurs acquiert la conviction que le maïs présente un grand potentiel. Le Conseil fait alors un pari audacieux : lancer la Coopérative dans la recherche, en créant une station sur le domaine de Mons à Aubiat. Son objectif est original : créer des variétés de maïs précoces, adaptées à l'Europe du Nord. Limagrain inscrit dès 1970 son premier hybride de maïs : le LG 11. Rapidement, le LG 11 va propulser l'entreprise au rang de leader français, puis européen des maïs précoces. Le point de départ de l'aventure Limagrain.